Ca y est Sébastien Pasini, comme prévu a rejoint Claire Bensimhon. Ils vont sillonner dans leur voiture lettrée Adèle la région vannetaise. Ils interviennent en binôme. Ils sont jeunes et motivés, efficaces et discrets. Ils connaissent bien le Morbihan et font partie de nombreux réseaux d’entrepreneurs.

« Franchisés depuis 1 an, ils prennent soin chaque jour de leurs clients ! »

Leur principale force réside avant tout dans l’application du concept qui leur permet d’offrir à leurs clients la qualité à chacune de leurs interventions.

« Nous arrivons chez le client avec tout notre matériel et nos produits. Ce dernier n’a donc à se soucier de rien avant notre venue. Ensuite, nous appliquons des techniques particulières et utilisons des produits qui nous permettent de nettoyer mieux. Nous réalisons un travail professionnel et nos clients le sentent dès l’estimation que nous leur faisons. »

Il est vrai qu’ils avaient déjà acquis une certaine autonomie avec leur expérience d’auto- entrepreneurs. En regroupant leurs compétences respectives, ils mettent leur enthousiasme au service des clients. Ils travaillent sans local et sont donc la plupart du temps sur le terrain. Leurs clients apprécient cette proximité.

Comme des artisans, ils appliquent un forfait puisqu’ils s’engagent sur un résultat. Ils font des estimations gratuites et établissent un devis.

«  Par ailleurs, contrairement à beaucoup d’acteurs qui  multiplient les prestations, nous sommes spécialisés dans l’entretien ménager et nous nous appliquons à être les meilleurs dans ce domaine. Enfin, notre tarification au forfait est très rassurante pour le client. Nous leur vendons une prestation sans surprise. Nous leur faisons payer un résultat, peu importe le temps que l’on y passe. Adèle propose un concept novateur, sérieux et fiable ».

C’est un vrai challenge de se lancer avec le réseau Adèle. Ceci est une aventure motivante qui démarre bien puisque nous avons signé un nombre suffisants de contrats pour travailler ensemble. A fin 2015, ils emploieront sans doute leur premier salarié.

Ils n’ont pas fini de faire parler d’eux.